Au cœur d’une volatilité sans précédent, le 1er semestre 2020 voit les gérants de fonds actions tirer leur épingle du jeu et les gérants obligataires à la peine

Catégories : Communiqué de presse Étiquettes :

Genève, le 10 septembre 2020

  • En moyenne, 53 %[1] des gérants de fonds actions ont battu leurs indices de référence au cours du 1er semestre 2020
  • Les gérants Small Caps arrivent en tête avec un taux de surperformance moyenne de 70 %1
  • En revanche, la plupart des gérants obligataires ont sous-performé (seuls 33 %1 sont parvenus à battre leurs indices de référence)
  • Le segment High Yield et les gérants de dettes émergentes en devises fortes ont également fait mieux que les autres styles d’investissement obligataires grâce notamment à une forte dispersion sur ces secteurs
  • Le taux de surperformance tombe à 36% pour les gérants actions sur une période de 5 ans, soulignant l’importance cruciale d’une sélection rigoureuse des fonds et d’une allocation stratégique du portefeuille

Après une année 2019 particulièrement difficile marquée par l’incertitude politique autour du Brexit et la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, les gérants de fonds actions sont parvenus à tirer leur épingle du jeu durant les six premiers mois exceptionnels de l’année marqués par les conséquences de la propagation mondiale de la pandémie de la Covid-19.

Le rapport « Active-Passive Navigator » de l’équipe de Recherche de Lyxor ETF fournit une analyse détaillée de la performance des fonds actifs domiciliés en Europe par rapport à leurs indices de référence. Il se complète également d’une analyse des tendances sur les marchés mondiaux. Parmi les grands enseignements du rapport, en moyenne 53 % des gérants de fonds actions ont réussi à battre leurs principaux indices de référence au premier semestre 2020.

Les gérants actions Small Caps affichent le plus fort taux de surperformance dans la plupart des régions : en moyenne, 70 % d’entre eux sont parvenus à battre leurs indices de référence. Alors que les actions Small Caps ont été fortement vendues pendant le krach boursier, les gérants ont su tirer parti des rotations sectorielles très marquées (en sortant des valeurs cycliques et Value pour s’orienter vers des valeurs défensives, Growth et Quality).

La performance des gérants de fonds actions Large Cap a été, quant à elle, plus inégale. En effet, les fonds actions américaines ont éprouvé certaines difficultés tandis que les gérants des fonds actions Europe et Japon ont dû faire face à une dispersion croissante, reflétant ainsi les disparités des réponses sanitaires et économiques à la pandémie dans les différents pays.

En revanche, les gérants obligataires ont été à la peine au cours du 1er semestre 2020 : seuls 33 % d’entre eux ont surperformé leurs indices de référence. En effet, la plupart d’entre eux ont été pris de vitesse par les plans de relance fiscaux et monétaires massifs mise en œuvre à travers le monde, qui ont ancré les rendements à leurs plus bas et fait grimper le prix des obligations. Les fonds flexibles et souverains ont le plus souffert, en particulier les fonds américains : seuls 21 % des fonds souverains américains ont fait mieux que leurs indices de référence. Les gérants High Yield ont su se démarquer et plus particulièrement sur le segment des obligations High Yield libellées en euro avec un ratio de surperformance de 51 %, grâce principalement aux positions défensives des gérants sur cette classe d’actifs. Malgré une baisse particulièrement sévère sur ce segment, avec une détérioration de la liquidité et des niveaux de volatilité jamais vus depuis la crise financière de 2008, le positionnement défensif des gérants et leur stratégie de de-risking juste avant le krach boursier leur ont permis d’amortir le choc historique du marché. Les fonds de dette émergente en devises fortes ont également réussi à limiter leur sous-performance, grâce à la dispersion croissante des prix des actifs émergents reflétant les différents degrés de vulnérabilité de ces pays et la diversité de leurs réponses face à la pandémie.

L’équipe de Recherche de Lyxor ETF a évalué également la performance des gérants actifs sur des périodes plus longues, sur la base d’un univers de fonds constant. Sur une période de cinq ans, les gérants Equity et Fixed Income éprouvent des difficultés à surperformer leurs indices de référence (36 % et 19 % respectivement) – ce qui souligne l’importance cruciale d’une sélection rigoureuse des fonds et d’une allocation stratégique du portefeuille.

«L’idée généralement admise est que les gérants actifs ont pour objectif de protéger la performance de leur portefeuille en période de forte volatilité des marchés. De fait, un nombre significatif de gérants de fonds actions ont su tirer leur épingle du jeu dans l’un des environnements de marché les plus volatiles de l’histoire. Ceci étant, les performances du segment obligataire sont beaucoup moins convaincantes. Sur le long terme, une génération continue d’alpha reste un exercice difficile pour la plupart. C’est pourquoi l’identification des fonds actifs susceptibles de surperformer sur le long terme nécessite la mise en place d’un cadre robuste d’allocation d’actifs. Les véhicules d’investissement passifs tels que les ETF peuvent fournir des points d’ancrage utiles lorsque l’alpha est plus difficile à trouver», commente Vincent Denoiseux (photo), Responsable Recherche et Solutions ETF chez Lyxor Asset Management.

Jean-Baptiste Berthon (photo), Senior Cross-Asset Strategist pour Lyxor Asset Management, ajoute: «Après un premier semestre mémorable, les investisseurs restent confrontés à un environnement atypique, caractérisé par une dispersion élevée des prix des actifs, des valorisations faussées par les mesures de relance, une prévisibilité fiscale et politique réduite, et une protection de portefeuille difficile à mettre en œuvre quand les rendements sont au plus bas. Par ailleurs, le cycle économique aura probablement besoin de nouveaux catalyseurs dont certains sont déjà en train de se matérialiser. Dans ce contexte particulier, la recherche de diversification et de sources de performance alternatives sera essentielle. Une combinaison agile de stratégies actives et passives pourrait être la meilleure solution pour profiter à la fois de la différenciation croissante des actifs et des promesses issues de thèmes séculaires tels que l’énergie propre, les Millenials ou encore, le Future of Work».


[1] Moyenne arithmétique de tous les segments de marché couverts par le rapport de recherche.  

Contact media :
Lyxor International Asset Management
Stefano Bassi              
Tél. : +33 1 58 98 69 72
Portable : +33 6 14 51 92 56
E-mail : stefano.bassi@sgcib.com

Voxia Communication
Julien Delécraz
julien.delecraz@voxia.ch

Notes aux rédacteurs :

Lyxor Asset Management Group (le « groupe Lyxor »), détenu à 100% directement ou indirectement par Société Générale et composé notamment de deux filiales(1) (2), est un spécialiste européen de la gestion d’actifs, expert dans tous les styles d’investissement, actif, passif et alternatif. Des ETF à la multi-gestion, avec 145,5 milliards d’euros* en gestion et en conseil, le groupe Lyxor crée des solutions d’investissement innovantes pour répondre aux enjeux de long terme de la gestion de l’épargne. Grâce à ses experts, à sa tradition d’ingénierie et de recherche, le groupe Lyxor combine quête de performance et gestion du risque.

(1) Lyxor Asset Management S.A.S. est agréée par l’Autorité des marchés financiers (« AMF ») sous le numéro GP98019.

(2) Lyxor International Asset Management S.A.S. est agréée par l’Autorité des marchés financiers (« AMF ») sous le numéro GP04024.

* Dont 13,4 milliards d’euros d’encours sous mandat de conseil. Équivalant à 172,2 milliards de dollars d’actifs sous gestion et conseil (dont 15,8 milliards de dollars d’encours sous mandat de conseil) à fin juillet 2020.

Lyxor International Asset Management : Pionniers des ETF depuis 2001

Pionnier européen des ETF depuis 2001, Lyxor figure aujourd’hui au rang des premières sociétés de gestion de cette catégorie par encours1 et parmi les plus liquides d’Europe2.

Notre gamme d’ETF est une des plus complètes du marché, à travers toutes les classes d’actifs et inclut certains des ETF les plus importants par encours et les plus performants du marché européen2.

Nous offrons à nos investisseurs plus de 200 façons d’explorer les marchés, qu’ils soient à la recherche d’une exposition cœur de portefeuille ou d’opportunités tactiques, spécifiques à un secteur ou un marché donné. Nos expositions thématiques et axées sur l’investissement ESG permettent aussi aux investisseurs de préparer leurs portefeuilles à un monde qui change. Quelle que soit l’exposition de marché, notre Charte Qualité définit des standards de gestion stricts appliqués à l’ensemble de notre gamme.

1 Lyxor International Asset Management, au 31/12/2019.

2 Bloomberg. Données observées sur la période du 31 Décembre 2018 au 31 Décembre 2019.

Principaux Risques

RISQUE DE PERTE EN CAPITAL : Les ETF présentent un risque de perte en capital. La valeur de remboursement du produit peut être inférieure au montant de l’investissement initial. Dans le pire des scénarii, les investisseurs peuvent perdre jusqu’à la totalité de leur investissement.

RISQUE DE RÉPLICATION : Il n’y a aucune garantie que l’objectif du fonds soit atteint. Le fonds peut ne pas toujours être en mesure de répliquer parfaitement la performance de son indicateur de référence.

RISQUE DE LIQUIDITÉ : La liquidité est fournie par des teneurs de marché enregistrés sur les marchés où les ETF sont cotés, en ce compris Société Générale. La liquidité sur les marchés peut être limitée du fait notamment, d’une suspension du (des) marché(s) des sous-jacents de l’indicateur de référence, d’une erreur des systèmes de l’un des marchés concernés, de Société Générale ou d’autres teneurs de marché, ou d’une situation ou d’un événement exceptionnel(le).

RISQUE DE CONTREPARTIE : Avec les ETF synthétiques, les investisseurs sont exposés aux risques découlant de l’utilisation d’un Swap de gré à gré avec la Société Générale. Conformément à la réglementation OPCVM, l’exposition à la Société Générale ne peut pas dépasser 10% des actifs totaux du fonds. Les ETF à réplication physique peuvent être exposés au risque de contrepartie en cas de recours au prêt de titres.

RISQUE DE SOUS-JACENT : L’indice sous-jacent d’un ETF Lyxor peut être complexe et volatil. Par exemple, dans le cas des investissements en matières premières, l’indice sous-jacent est calculé par rapport aux contrats futures sur matières premières, ce qui expose l’investisseur à un risque de liquidité lié aux coûts, par exemple de portage et de transport. Les ETF exposés aux Marchés émergents comportent un risque de perte potentielle plus élevé que ceux qui investissent dans les Marchés développés, car ils sont exposés à de nombreux risques imprévisibles inhérents à ces marchés.

Pour plus d’informations sur les risques spécifiques liés à ces ETF nous vous recommandons de vous reporter à la section « Risques Principaux » du prospectus de ces ETF ainsi qu’à la section « Profil de risque et de rendement » du Document d’Informations Clés pour l’Investisseur disponibles en français sur le site www.lyxoretf.com.

Informations importantes

Ce document a été fourni par LYXOR International Asset Management qui est seul responsable de son contenu.

La publication de ce document ne constitue pas un acte de distribution de placements collectifs de capitaux en Suisse au sens de la Loi suisse sur les placements collectifs de capitaux du 23 juin 2006 (telle qu’amendée de temps à autre, LPCC).

Ce document est réservé et ne peut être transmis en Suisse qu’à des investisseurs qualifiés tels que définis dans la Loi suisse sur les placements collectifs de capitaux du 23 juin 2006 (telle qu’amendée de temps à autre, LPCC).

Les intermédiaires financiers (y compris en particulier les représentants de banques privées ou les gestionnaires de fortune indépendants, Intermédiaires) sont tenus d’observer les exigences réglementaires strictes de la LPCC qui s’appliquent à toute activité de distribution de placements collectifs étrangers en Suisse. Il est de la seule responsabilité de chaque Intermédiaire de s’assurer (i) que toutes ces exigences soient remplies avant que l’Intermédiaire ne distribue les Fonds présentés dans ce document et (ii) sinon, qu’il ne mène aucune activité qui pourrait être constitutive d’une forme de distribution de placements collectifs de capitaux en Suisse telle que définie à l’art. 3 LPCC et dans son ordonnance d’application.

L’information contenue dans ce document est donnée uniquement en date du présent document et n’est pas mise à jour à une date ultérieure.

Ce document a été élaboré dans un but exclusivement informatif et ne constitue ni une offre, ni une invitation à faire une offre, ni une sollicitation ou une recommandation d’investissement dans un quelconque placement collectif de capitaux. Ce document ne constitue ni un prospectus au sens de l’article 652a ou de l’article 1156 du Code des obligations suisse, ni un prospectus de cotation au sens des règles de cotation de la SIX Swiss Exchange plate-forme de négociation au sens de la Loi fédérale sur l’infrastructure des marchés financiers du 19 juin 2015 (telle qu’amendée de temps à autre, LIMF), ni un prospectus simplifié, ni un document d’information clé pour l’investisseur, ni un prospectus tels que définis dans la LPCC.

Ce document a été élaboré dans un but exclusivement informatif et ne constitue ni une offre, ni une invitation à faire une offre, ni une sollicitation ou une recommandation d’investissement dans un quelconque placement collectif de capitaux.

Tout investissement dans un placement collectif de capitaux comporte des risques qui sont décrits dans le prospectus ou la notice d’offre. Avant toute décision d’investissement il est recommandé de lire intégralement le prospectus ou la notice d’offre et de porter une attention spécifique aux avertissements et informations relatifs aux risques.

Tout benchmark/ indice de référence mentionné dans ce document est fourni dans un but informatif uniquement.

Ce document n’est pas le résultat d’une analyse financière et n’est donc pas soumis à la « Directive visant à garantir l’indépendance de la recherche financière » émise par l’Association suisse des banquiers. Ce document ne contient pas de recommandations ni de conseils personnalisés et n’a pas pour vocation à se substituer aux conseils d’un professionnel en matière d’investissement dans des produits financiers.