Cinq thèmes d’investissement responsable à suivre en 2019

Catégories : Communiqué de presse Secteurs d’activité :

Communiqué de presse

Genève, le 13 février 2019 – BMO Global Asset Management a défini cinq thèmes clés qui devraient façonner l’évolution de l’investissement responsable pour 2019 et partage un aperçu de la manière dont l’équipe Responsible Investment collabore avec les entreprises sur ces questions.

“L’engagement est un outil puissant que nous, en tant que gestionnaires du capital de nos clients, devons utiliser pour nous attaquer aux risques ESG et générer des rendements durables à long terme pour les investisseurs. Nous croyons également qu’en nous engageant, nous pouvons travailler avec d’autres investisseurs pour progresser vers un monde plus durable, en soutenant la réalisation des objectifs de développement durable (ODD). Nos priorités pour 2019 ont été choisies en fonction du fait qu’elles répondent à ces deux objectifs: qu’elles soient pertinentes pour les investisseurs et qu’elles contribuent grandement à la réalisation des ODD”, commente Vicki Bakhshi, Director, Responsible Investment chez BMO Global Asset Management.

L’équipe Responsible Investment de BMO Global Asset Management se penche plus en détail sur ces cinq aspects:

 

Protéger les travailleurs vulnérables

Les salaires inadéquats, les faibles pratiques de sécurité et l’esclavage moderne contribuent tous à la pauvreté et à l’inégalité et compromettent la réalisation du développement durable et des objectifs 1[1] et 8[2]  des ODD, qui appellent à mettre fin à la pauvreté dans le monde et aux pratiques professionnelles sûres.

En 2019, nous continuerons d’engager les entreprises dans leur lutte contre les pratiques modernes d’esclavage telles que le travail forcé et le travail des enfants dans leurs chaînes d’approvisionnement. La nouvelle loi fait la lumière sur cette question en favorisant une meilleure divulgation. Sur la base des travaux que nous avons entrepris en 2018, nous avons acquis une compréhension des meilleures pratiques de l’entreprise et nous les utiliserons pour inciter les entreprises à apporter des améliorations.

Cette année, nous assurerons également le suivi des travaux antérieurs sur le paiement d’un salaire minimum vital, en mettant l’accent sur le secteur du commerce de détail, où la réputation des entreprises est sensible aux allégations de mauvais traitement du personnel. Nous commencerons également un nouveau volet d’engagement autour des pratiques d’approvisionnement en vêtements et de leur impact sur l’environnement et les populations locales, y compris les risques émergents découlant de la réorientation vers l’approvisionnement en Afrique alors que les entreprises cherchent à diversifier leurs chaînes logistiques.

 

Égalité entre les sexes

Le monde est encore loin d’avoir atteint les objectifs fixés dans le cadre du cinquième ODD – l’égalité des sexes. L’un des domaines dans lesquels les investisseurs se sont beaucoup concentrés, avec un certain succès, a été celui de la diversité des sexes au sein du conseil d’administration. Toutefois, comme les questions d’égalité sont encore profondément enracinées dans la population active, la diversité des conseils n’est que la pointe d’un très gros iceberg.

En nous appuyant sur notre engagement au niveau du conseil d’administration, en 2019, nous élargirons notre champ d’action pour examiner plus en profondeur la représentation des femmes au niveau de la haute direction et aux échelons inférieurs, en établissant un lien avec la cible ODD5.5[3]. En nous fondant sur l’identification des meilleures pratiques dans des domaines tels que le mentorat, le travail flexible et la rémunération, nous avons l’intention de travailler avec les entreprises pour identifier les obstacles et encourager l’adoption d’approches tournées vers l’avenir – ce qui devrait en fin de compte profiter au rendement des entreprises en attirant et en maintenant des employés de haut calibre.

 

Changement climatique 

Le changement climatique a fait l’objet d’une attention soutenue de la part des investisseurs au cours de la dernière année, l’initiative Climate Action 100+ étant l’une des plus importantes collaborations d’investisseurs jamais formées.

L’engagement s’est particulièrement concentré sur les secteurs pétroliers, gaziers, miniers et, dans une moindre mesure, sur les industries énergivores comme les services publics et l’automobile, mais les impacts du changement climatique sont beaucoup plus variés. En 2019, nous prévoyons d’élargir notre propre perspective en nous concentrant sur le rôle du secteur financier, conformément à l’objectif du 13[4] des ODD – action climatique, qui fixe des objectifs pour le financement du climat. Notre engagement visera les banques de l’Asie du Sud-Est, qui ont généralement tardé à agir sur le changement climatique, mais qui sont très exposées et qui risquent de manquer des occasions de financer des solutions.

Nous prévoyons également amorcer un dialogue avec le secteur du transport maritime, qui, à notre avis, n’a pas été suffisamment engagé par les investisseurs jusqu’à présent, bien qu’il soit responsable d’environ 2% des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

 

Biodiversité et eau

L’année 2018 a vu une prise de conscience énorme de la part du public sur l’impact des plastiques à usage unique et des conséquences des déchets plastiques sur la biodiversité des océans, ce qui nuit à la réalisation de l’objectif 14 des ODD – la vie sous l’eau et, en particulier, de l’objectif 14.1[5]. En 2019, nous continuerons de donner la priorité à l’engagement avec les entreprises du secteur de l’alimentation et des boissons, entre autres, sur la façon dont elles réagissent, en les encourageant à adopter une approche proactive pour identifier des emballages plus durables et à s’engager à éliminer progressivement les plastiques à usage unique.

Cette priorité s’inscrira dans le cadre de notre engagement permanent en faveur de l’utilisation de l’eau par les entreprises, conformément au sixième[6] ODD, étant donné que les impacts du changement climatique exacerbent les pressions actuelles dues à la croissance démographique et à l’agriculture intensive. Les entreprises ne peuvent plus considérer l’eau comme une ressource gratuite et non épuisable, et les entreprises des secteurs à forte consommation d’eau doivent intégrer la planification de l’eau dans leur analyse des risques commerciaux.

 

La résistance aux antimicrobiens

La résistance aux antimicrobiens (RAM) compromet la prévention et le traitement efficace des maladies infectieuses et est largement reconnue comme une menace de plus en plus grave pour la santé publique mondiale. La RAM est un phénomène biologique naturel résultant de modifications génétiques. Cependant, l’utilisation abusive d’antibiotiques accélère ce processus et a conduit à l’émergence d’infections qui ne répondent pas au traitement antimicrobien. Étant donné que la RAM est un problème urgent et complexe, les gouvernements et les entreprises dans de nombreux secteurs doivent agir.

Nous avons l’intention de concentrer notre engagement sur les compagnies pharmaceutiques, les compagnies impliquées dans la production de viande et/ou de produits laitiers et les détaillants en alimentation. Ces entreprises peuvent jouer un rôle central dans le ralentissement du développement et de la diffusion de la RAM.

 

[1] https://sustainabledevelopment.un.org/sdg1  – SDG 1.1: By 2030, eradicate extreme poverty for all people everywhere, currently measured as people living on less than $1.25 a day

[2] https://sustainabledevelopment.un.org/sdg8  – SDG 8.7: Take immediate and effective measures to eradicate forced labour, end modern slavery and human trafficking and secure the prohibition and elimination of the worst forms of child labour, including recruitment and use of child soldiers, and by 2025 end child labour in all its form

SDG 8.8: Protect labour rights and promote safe and secure working environments for all workers, including migrant workers, in particular women migrants, and those in precarious employment

[3] https://sustainabledevelopment.un.org/sdg5SDG 5.5: Ensure women’s full and effective participation and equal opportunities for leadership at all levels of decision-making in political, economic and public life

[4] https://sustainabledevelopment.un.org/sdg13SDG 13: Take urgent action to combat climate change and its impacts

[5] https://sustainabledevelopment.un.org/sdg14SDG 14.1: By 2025, prevent and significantly reduce marine pollution of all kinds, in particular from land-based activities, including marine debris and nutrient pollution

[6] https://sustainabledevelopment.un.org/sdg6 – SDG 6: Ensure availability and sustainable management of water and sanitation for all

 

– Fin –

 

Lien pour télécharger la photo de Vicki Bakhshi

 

Contats presse:

Julien Delécraz
Voxia communication
Tél.:+41 (0) 22 591 22 74
julien.delecraz@voxia.ch

Campbell Hood
BMO Global Asset Management (EMEA)
Tél.: +44 (0) 20 7011 4243
Mob.: +44 (0) 786 091 1622
campbell.hood@bmogam.com

 

 

À propos de BMO Global Asset Management 
BMO Global Asset Management est un gestionnaire d’actifs mondial, présent dans 14 pays et plus de 25 villes, qui assure des services d’excellence pour ses clients sur les cinq continents.
A nos quatre grands centres d’investissement situés à Londres, Toronto, Chicago et Hong Kong, s’ajoute un réseau de gérants d’envergure internationale à travers le monde: BMO Real Estate Partners, LGM Investments, Pyrford International Ltd. et Taplin, Canida & Habacht LLC. BMO Global Asset Management est signataire des Principes pour l’investissement responsable, l’initiative soutenue par les Nations Unies («UN PRI»). 
BMO Global Asset Management  fait partie de BMO Financial Group, une entreprise de services financiers très diversifiés basée en Amérique du Nord. Avec un volume d’actifs total de 774 milliards de dollars canadiens au 31 octobre 2018 et un effectif de plus de 45’000 collaborateurs.

Pour plus d’informations sur BMO Global Asset Management: www.bmogam.com 

 

À propos de l’auteur