IL ÉTAIT UNE FOIS… OU L’ART DE RACONTER DES HISTOIRES

Catégories : Agence Voxia

Nous aimons tous les histoires. Surtout quand elles sont bien racontées et qu’elles ont du sens. Les meilleures histoires, celles qui nous emportent, sont celles bâties sur des fondamentaux solides qui sont élevés par la précision de l’univers choisi pour illustrer le propos.

Le storytelling, soit la mise en récit ou l’accroche narrative, est aussi vieux que l’humanité. Les premiers homo sapiens racontaient déjà des histoires sous la forme de peintures. La transmission orale précède même de loin l’écriture ou le dessin et de nombreux mythes font partie de la mémoire collective. Le storytelling s’utilise depuis la nuit des temps et n’est définitivement pas un effet de mode.

Outil de communication indispensable et puissant pour les sociétés, le storytelling permet, plus spécifiquement, de leur donner une personnalité, de valoriser leur histoire et leur savoir-faire, de faire rêver, de marquer les esprits, de créer de l’émotion et de développer leur notoriété. Mais pour être pertinent et pérenne, il doit être pensé et réfléchi, et correspondre à l’âme de l’entreprise, combinant visions, valeurs et missions.

Comment réussir son storytelling et déclencher des émotions ?

Pour que le message touche sa cible en plein coeur, il convient de l’identifier au préalable, afin d’adopter le ton et le langage adéquat. Quelle que soit l’histoire, le contenu se doit d’être utile et pertinent pour le public visé. Puis, il faut penser l’état que l’on veut susciter. La célèbre «Roue des émotions» de Robert Plutchik illustre divers sentiments qu’une histoire peut générer. A vous de savoir celle que vous cherchez à atteindre.

Ensuite, vient la sélection des ingrédients qui vont faire l’histoire. Fiction ou réalité? Tout dépend de la finalité recherchée. Souvent la frontière est mince car tout pourrait reposer sur une interprétation et une sensibilité personnelle. Dans tous les cas, ces ingrédients doivent avoir des points communs forts et une relation cohérente avec l’entreprise ou la marque autour de laquelle s’articule l’histoire.

Reste à élaborer le récit lui-même, qui doit être clair et rythmé – dont la fin se doit d’être positive, le fameux «Happy end» – et à sélectionner les canaux de diffusion. En effet, une seule et même histoire peut se déployer de diverses manières, selon que l’on cherche à convaincre ou à fédérer, si l’on s’adresse à des clients, à des prospects, à des collaborateurs ou à des investisseurs. Un storytelling réussi touche à la fois l’esprit et le coeur, quand l’émotion prend le pas sur la raison.