Publications

Deux degrés [2°C], le magazine de la finance durable

Deux degrés 2°C  est le premier magazine suisse de la finance durable.

La finance durable s’est progressivement imposée auprès des gérants comme des clients privés et institutionnels. Cette tendance de fond – qui associe recherche de rendement financier et prise en compte de critères environnementaux, sociaux et de gouvernance – est désormais un standard au sein des grands centres financiers. Genève est à l’avant-garde en matière d’investissement socialement responsable. De nombreux investisseurs helvétiques ont désormais une stratégie de placement durable.

Les enjeux en terme d’allocation d’actifs sont nombreux: comment concilier les recommandations des institutions internationales (ONU, PRI) et européennes avec des objectifs financiers de rentabilité? Comment anticiper et participer à la mise en place des futures règlementations? Comment relever le défi de la finance climatique que ce soit par la nécessité de décarbonniser son portefeuille, ou de respecter les critères des labels ISR? Comment mesurer l’impact réel des politiques ESG?

La première édition du magazine Deux degrés 2°C a été diffusée l’occasion de la 9ème édition du GFSI (Geneva Forum for Sustainable Investment, par Voxia communication), le 31 mai 2018.  Deux degrés 2°C s’adresse à une audience qualifiée: banques, gestionnaires de fonds, gérants indépendants, family offices, investisseurs institutionnels, investisseurs privés, fonds de pension, spécialistes ISR, etc.

deux degrés magazine de la finance durable

Magazine deux degrés 2°C

Impact, comment le mesure?
Décarbonisation des portefeuilles
Stratégie ISR
Finance climatique
Technologie et développement durable

Magazine deux degrés 2°C mai 2018

Sommaire

version pdf lire le magazine

Hors-série salon invest16

Hors-série forum invest septembre 2016

Le guide 2016 des gérants de patrimoines et supplément ETF

L’indépendance a ses raisons que la raison ignore. Il ne semble pas y avoir d’autre explication au paradoxe de la survivance de quelques 3’000 GFI en terre helvétique. Oeuvrant sous ce faisceau d’épées de Damoclès que constituent la réglementation, la pression de leurs partenaires et l’augmentation des coûts, pour quelles raisons les GFI persistent-ils dans des structures économiquement sous-optimales? Comment peuvent-ils encore résister aux injonctions des théoriciens qui leur promettent le salut dans la consolidation?

Hors-série guide annuel mai 2016

Archives

Tout Magazine deux degrés 2°C Hors-série guide annuel Edition digitale Hors-série forum invest Cahier ETF