Vers des marchés plus calmes en 2020

Catégories : Communiqué de presse Étiquettes :
  • Nous anticipons des performances positives mais modestes concernant les grandes classes d’actifs
  • Au sein des marchés obligataires, nous privi­légions les dettes émergentes souveraines et d’entreprises ainsi que les obligations subor­données financières
  • Sur les marchés d’actions, le niveau de la croissance mondiale, le dénouement de la saga du Brexit, l’essoufflement probable de la surperformance du style croissance et le moindre activisme des banques centrales plaident pour une surperformance des actions européenne

​S’il fallait résumer les deux dernières années en quatre mots, nous dirions : «don’t fight the Fed!». En 2018, une immense majorité d’ac­tifs risqués a connu une performance négative sous l’effet d’un resserrement des taux direc­teurs américains et surtout de la liquidité du côté de la Fed et de la Banque centrale euro­péenne (BCE). En 2019, à la suite de la volte-face des deux grandes banques centrales, les actifs risqués (du bund aux small caps asia­tiques en passant par le Bitcoin) ont connu des performances extraordinaires. Les fondamen­taux ne justifiaient pourtant ni un écroulement en 2018 ni un embrasement en 2019.

Concernant la liquidité, il est frappant de voir à quel point les banques centrales marchent à tâtons. Les surprenants soubresauts du marché du repo américain en 2019 suggèrent que la Fed s’est trompée dans les grandes lignes sur la question de son bilan et l’impact de la liquidité sur les acteurs bancaires et les marchés financiers. Atteignant 4500 mil­liards de dollars avant le quantitative tighte­ning, certains éléments laissaient à penser que la Fed envisageait de réduire la taille de son bilan à 2500 milliards. Mais dès que les 4000 milliards ont été franchis, la crise des marchés financiers du quatrième trimestre 2018 a contraint la Fed à cesser son programme de réduction avant de reprendre le chemin de l’extension après la crise du marché du repo.

Au regard de cette saga et du rôle dispropor­tionné que les banques centrales ont pu jouer sur les marchés ces derniers trimestres, nous forgeons l’intime conviction que face à ces nouvelles incertitudes, les institutions moné­taires opteront pour davantage de neutralité et en cas de doute, pour la prudence. C’est ainsi que les mouvements de taux devraient être limités en 2020, loin de la proactivité de 2019, et la liquidité en provenance des deux banques centrales repartira sans doute un peu à la hausse. Les banques centrales appor­teront donc toujours leur soutien au marché, mais de façon plus marginale.

DES MARCHES LIVRES A EUX-MÊMES

Les marchés seront moins protégés qu’en 2019 et donc davantage livrés à eux-mêmes, avec des valorisations plutôt tendues, un environnement économique a priori médiocre et un risque politique significatif (guerre com­merciale, élections américaines, tensions entre les Etats-Unis et l’Iran, sortie effective du Royaume-Uni de l’UE le 31 janvier, fragilité du gouverne­ment italien couplée à la popularité de l’in­certain Matteo Salvini).

Aux États-Unis, le manque de visibilité, à l’heure actuelle, sur le profil du futur candidat démocrate, génère une incertitude, car les programmes diffèrent très sensiblement entre l’approche centriste classique et le volontarisme radical.

La pression pesant sur les marges des entre­prises, notamment aux États-Unis et en Europe, devrait, dans ce contexte économique, contraindre la croissance des profits et donc limiter la performance des marchés d’actions. Les emprunts d’État resteraient pour leur part plutôt stables. Il convient donc de rechercher la performance en étant sélectif.

Au sein des marchés obligataires, nous privi­légions les dettes émergentes souveraines et d’entreprises ainsi que les obligations subor­données financières. Tout d’abord, à risque équivalent, elles sont davantage rémunéra­trices. Or les banques centrales ont recréé un environnement de recherche impérative de rendement dont elles devraient bénéficier. Ensuite, le retour du quantitative easing de la BCE conduit mécaniquement les investis­seurs à se diriger vers d’autres marchés, les Européens ayant privilégié les dettes émer­gentes lors du précédent exercice. En outre, elles ne nous semblent pas plus risquées actuellement. Concernant les banques européennes, les ratios de capitalisation s’affichent à des niveaux records, les créances douteuses continuent de diminuer et les risques poli­tiques sont bien plus atténués (modulo le risque d’un retour prématuré de Matteo Salvini au pouvoir). Et les dettes émergentes devraient profiter du biais toujours accom­modant des grandes banques centrales et de la recherche de rendement que ces der­nières ont occasionné. Le précédent quantita­tive easing de la BCE avait engendré des flux conséquents d’investisseurs européens vers cette classe d’actifs, d’autant plus que lorsque des titres obligataires disparaissent des por­tefeuilles des investisseurs dans les coffres de la banque centrale, il convient de les rempla­cer. Enfin, des risques lourds qui pesaient sur la classe d’actifs ont déjà émergé, comme le défaut au Venezuela ou la chute du président Mauricio Macri et des obligations argentines

LA SANTÉ ET LE BIG DATA POURRAIENT TIRER LEUR ÉPINGLE DU JEU

Sur les marchés d’actions, le niveau de la croissance mondiale, la normalisation en cours de la question du Brexit, l’essoufflement probable de l’interminable surperformance du style croissance par rapport à la Value de même que le moindre activisme des banques centrales (qui pèse sur les valeurs financières, toujours importantes dans les indices euro­péens) plaident pour une surperformance des actions européennes face aux actions améri­caines. Nous aurions souhaité privilégier les actions émergentes, notamment au regard de leur décote. Néanmoins, estimant que la Chine représente le maillon faible du scéna­rio économique, il est difficile d’y être investi au-delà de niveaux usuels. Toutefois, l’Inde est le seul pays ces dernières années à avoir mené de vastes réformes structurelles et possède un réservoir durable de croissance du fait de belles perspectives démographiques et d’un endettement privé particulièrement faible. Nous avons la faiblesse de penser que seules les réformes structurelles permettront à l’Inde de délivrer durablement son potentiel de croissance. Le tassement conjoncturel de la croissance indienne en 2019 a suscité une certaine perplexité, mais il existe souvent un décalage entre les réformes et le rebond de la croissance. Pour les investisseurs de moyen-long terme, nous pensons qu’au sein du monde émergent, l’Inde affiche un potentiel de surperformance.

Nous pensons également que des thèmes/secteurs pourraient tirer leur épingle du jeu :

• La santé, bénéficiant d’une bonne dyna­mique de court et de moyen terme. Lors des échéances électorales aux États-Unis, le secteur est régulièrement chahuté, car il fait l’objet de critiques publiques et de tenta­tives de déstabilisation politiques. Il fait déjà l’objet d’une décote. Nonobstant le risque de volatilité potentielle lié à la campagne, il nous semble judicieux de s’en saisir, car il y a peu de thèmes avec un tel potentiel offrant une valorisation si attractive.

• Le Big Data reste un thème d’avenir, avec une diffusion progressive de cette révolution au sein des entreprises.

Nous anticipons des performances positives, mais modestes sur les principales classes d’actifs. En raison de la politique conduite par les banques centrales, de la proximité mani­feste d’un accord sur la phase I des négo­ciations sino-américaines, de l’élection d’une majorité au Royaume-Uni écartant le scénario de « Hard Brexit » et de signes de stabilisation de la croissance économique après un long ralentissement, la volatilité des actifs a forte­ment baissé.

Les volatilités implicites sont suffisamment faibles pour donner l’impression que les investisseurs n’anticipent plus de risques particuliers. Il est vrai que nous n’anticipons pas nous-mêmes d’événements inquiétants. Pour autant, il est impossible de tout anti­ciper et c’est quand les coûts de couverture sont faibles qu’il est intéressant de les consi­dérer. Dans nos portefeuilles diversifiés, nous comptons bien gérer tactiquement l’année 2020 en utilisant les options.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps.

***

Lien vers le CP  Photo de Benjamin Melman

Über EDMOND DE ROTHSCHILD

Als ein aus Überzeugung handelndes Investmenthaus, das von der Einsicht angetrieben wird, dass Reichtum für den Aufbau der Welt von morgen genutzt werden sollte, hat sich Edmond de Rothschild auf Private Banking und Asset Management spezialisiert und bedient eine internationale Kundschaft von Familien, Unternehmern und institutionellen Anlegern. Darüber hinaus ist die Gruppe in den Bereichen Corporate Finance, Private Equity, Immobilien und Fund Services tätig.

Mit seinem entschieden familiären Charakter verfügt Edmond de Rothschild über die notwendige Unabhängigkeit, um mutige Strategien und langfristige, in der Realwirtschaft verwurzelte Investitionen vorzuschlagen. Die 1953 gegründete Gruppe verwaltet heute ein Vermögen von 150 Milliarden Euro, beschäftigt 2.700 Mitarbeiter und verfügt über 32 Standorte weltweit. 


Benjamin Melman, Global Chief Investment Officer bei Edmond de Rothschild Asset Management

Contact Press 

VOXIA Communication

Tel: 022 591 22 66

Disclaimer

Die in diesem Dokument enthaltenen Daten, Kommentare und Analysen geben die Meinung von Edmond de Rothschild Asset Management (France) und ihren verbundenen Unternehmen in Bezug auf die Märkte, deren Entwicklung, Regulierung und Steuerfragen auf der Grundlage ihres eigenen Fachwissens, ihrer wirtschaftlichen Analyse und der ihr derzeit bekannten Informationen wieder. Sie dürfen jedoch unter keinen Umständen so ausgelegt werden, dass sie irgendeine Art von Verpflichtung oder Garantie seitens Edmond de Rothschild Asset Management (France) umfassen. Jede Anlage ist mit spezifischen Risiken verbunden. Jeder potenzielle Anleger muss im Vorfeld Massnahmen ergreifen und sich fachlich beraten lassen, um die Risiken zu analysieren und sich unabhängig von Edmond de Rothschild Asset Management (France) eine eigene Meinung zu bilden, um die Relevanz einer solchen Anlage für seine eigene finanzielle Situation zu bestimmen.

EDMOND DE ROTHSCHILD ASSET MANAGEMENT (FRANCE)
47, rue du Faubourg Saint-Honoré
75401 Paris Cedex 08
Limited company with capital of EUR 11.033.769
Numéro d’agrément AMF GP 04000015
332.652.536 R.C.S. Paris

À propos des auteurs